M. Barrette s’est porté une nouvelle fois à la défense de M. Bolduc, qui a reconnu, mardi, qu’il devra rembourser une partie d’une prime de 215 000 $, reçue à titre de médecin de famille, parce qu’il n’a pas respecté la durée de prise en charge minimale pour certains patients.

Le ministre de la Santé a soutenu que son collègue, ministre de l’Éducation, avait une capacité de travail qui lui a permis d’exercer simultanément ses fonctions de député et de médecin, alors qu’il était dans l’opposition.

M. Barrette a qualifié de «foutaise» la demande de démission formulée cette semaine par son prédécesseur Claude Castonguay relativement aux primes perçues par Yves Bolduc.

Selon le ministre, M. Castonguay a tenu des propos scandaleux en établissant un parallèle, lors d’une entrevue, entre le comportement de M. Bolduc et la Commission Charbonneau.

«C’est de la foutaise totale», a-t-il dit.

Selon le ministre de la Santé, son prédécesseur, qui est à l’origine du régime public d’assurance maladie, a fait preuve de malhonnêteté intellectuelle dans son raisonnement pour réclamer la démission de M. Bolduc de son poste de ministre de l’Éducation.

M. Barrette, qui s’est livré à une charge à fond de train contre M. Castonguay, lui a recommandé de prendre

...

La suite...

....

Lien source - http://www.cyberpresse.ca/rss/1011.xml -

- Catégorie - Politique Québécoise

___________________________

PUBLiCiTÉ

___________________________

PUBLiCiTÉ

___________________________

PUBLiCiTÉ