De mémoire d’Irakien, on n’avait pas assisté à de telles scènes depuis la chute de Saddam Hussein en 2003. Uniformes et véhicules de l’armée abandonnés, casernes de police vidées et prisons libérées, c’est un paysage de désolation qu’ont laissé derrière elles les forces de sécurité irakiennes en fuyant mardi la ville de Mossoul (seconde ville d’Irak, nord) en compagnie de quelque 500 000 civils, après l’assaut fulgurant de djihadistes. En moins de 24 heures, des centaines de combattants de l’État islamiste en Irak et au Levant (EIIL) se sont emparés de la province de Ninive, extrêmement riche en pétrole, ainsi que de larges parties de deux autres provinces limitrophes, Kirkouk et Salaheddine, contrôlant désormais la quasi-moitié du territoire irakien.

irak-djihadistes-eiil-maliki-  IDE IDEComme un symbole, les djihadistes ont envahi mercredi Tikrit, ville natale de l’ex-raïs. Après la conquête en janvier des villes de Ramadi et surtout de Fallouja, dans la province d’al-Anbar (ouest), l’EIIL s’approche dangereusement de la capitale Bagdad. « Certaines forces armées irakiennes ont clairement déserté à Mossoul, ce qui signifie qu’elles

...

La suite...

....

Lien source - http://www.lepoint.fr/rss.xml -

- Catégorie - Le Point.fr

_______________________________  

PUBLiCiTÉ